PERSONNAGE/Bernard Zehrfuss…

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans les fonds des Archives municipales de Lyon.

Aujourd’hui, Z comme Zehrfuss…
… Bernard de son prénom.

Intérieur du Musée Gallo-Romain - 4FI_06221 ©Archives municipales de Lyon

Intérieur du Musée Gallo-Romain – 4FI_06221 ©Archives municipales de Lyon

Angers, 1911 – Paris, 1996

Entré à l’École des Beaux-arts de Paris dans l’atelier Pontremoli en 1928, Bernard Zehrfuss est diplômé en 1939 et obtient le premier Grand Prix de Rome la même année.
Assistant d’Eugène Beaudouin à Marseille, il participe entre 1941 et 1943 au groupe d’Oppède, communauté d’artistes et d’architectes où se rencontrent également Étienne-Martin, Stahly, Max Ernst ou Jean Le Couteur.

Chargé en 1943 d’évaluer les dommages de guerre au Maroc et en Algérie, Bernard Zehrfuss est ensuite nommé architecte en chef du gouvernement tunisien. De retour en France en 1948, il se distingue notamment avec la construction de bâtiments industriels, de logements (notamment à Nanterre et Nancy) ou d’ambassades.

Bernard Zehrfuss, engagé très tôt dans la modernité en adoptant les modes de production les plus novateurs de son temps, s’inscrit dans la lignée du courant rationaliste et conçoit des bâtiments les plus rentables possibles où circulations, occupations des espaces se font sans heurt. Ses réalisations, que ce soit à Tunis, Tours ou Lyon, se distinguent par la même épure de la ligne.

Cette  quête de modernité amène l’architecte à décrocher de grandes commandes, comme le palais du CNIT à La Défense (1953-1958), le Palais de l’Unesco à Paris (1952-1980) ou le musée de la Civilisation gallo-romaine à Lyon (1976). Bernard Zehrfuss multiplie également les reconnaissances officielles.  En 1983, il est élu membre de l’Académie des beaux-arts, dont il devient le secrétaire perpétuel en 1994.

Une réalisation phare : le Musée Gallo Romain de Fourvière en 1975

La volonté du maire de Lyon, Louis Pradel, de se doter d’une institution vouée à valoriser les collections antiques lyonnaises est l’occasion donnée à B. Zehrfuss de proposer une réflexion originale pour une architecture muséale.

Le Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, dernière œuvre emblématique de Bernard Zehrfuss, illustre ses recherches sur l’«architecture invisible» et est le fruit d’une réflexion globale sur le plan, la coupe et la structure.

Une entaille pratiquée dans la colline permet à l’architecte de poser son édifice au pied de l’Odéon romain, là où jusqu’à présent, il semblait impossible de construire. Le respect du lieu aboutit à l’enfouissement du musée dans la colline.

Au-delà des défis techniques liés à la mise en œuvre de cette «cathédrale» de béton souterraine, le musée dévoile à l’intérieur une scénographie d’avant-garde pour l’époque, l’architecte s’est intéressé tout autant à l’architecture qu’au parcours et au mobilier scénographique.

L’architecture, ses perspectives et ses cadrages, s’ajustent aux œuvres présentées et non l’inverse. Le visiteur va ainsi de découverte en découverte. Le parcours est conçu comme une promenade en pente douce. Un bel escalier hélicoïdal en béton brut relie le hall d’accueil au début de la visite. Par plans successifs ou par la rampe centrale, on descend d’une extrémité du bâtiment à l’autre pour aboutir à la sortie basse face aux ruines où deux larges ouvertures vers l’extérieur révèlent le site archéologique qui dialogue ainsi avec les collections.

Un des caractères remarquables du Musée est la mise en valeur du béton : tout le bâtiment est en béton armé brut de décoffrage, à l’intérieur comme à l’extérieur. Pour obtenir ce résultat, la composition du béton et sa mise en œuvre ont fait l’objet de beaucoup de soins et d’innovations techniques, qui  font du musée un témoin important de l’architecture contemporaine.

A l’automne 2015, le musée Gallo-romain de Fourvière célebra ses 40 ans autour d’une exposition consacrée à son architecte B. Zehrfuss.
> Découvrez cette exposition

  Par Marie MANIGA, médiatrice aux Archives municipales de Lyon

Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *