PERSONNAGE/Les dernières années d’Édouard Herriot

En ce mois de novembre 2015, la mémoire lyonnaise doit se souvenir d’Édouard Herriot, maire à qui la Ville de Lyon doit beaucoup, tant dans les transformations de la ville que dans son rayonnement international ou encore dans la définition de son identité politique[1].
En effet, en 1955 a eu lieu son jubilé pour cinquante ans de mairie. Cette longévité politique sans égal à Lyon s’explique par le fait qu’Herriot a compris ce qui régit cette ville qui est à la fois une ville modérée, dynamique sur le plan économique et empreinte d’une forte spiritualité. Les Lyonnais et les Lyonnaises, en le surnommant Doudou, lui ont témoigné leur affection.
Pour Herriot, les années 1950 se marquent par un certain repli quant à l’occupation de la scène politique, par une voix qui porte moins, par un éloignement du pouvoir national, bref par un constat, celui d’un homme qui pèse moins dans la vie politique, car n’ayant plus les moyens d’agir sur la décision.
En revanche, il reste, jusqu’à sa fin, le 26 mars 1957, maire et député de Lyon, car, selon ses propres mots « la commune étant la cellule essentielle de la patrie », il a aimé Lyon comme une femme, ce qui n’est pas peu dire ! Cette déclaration, pour un non lyonnais d’origine, confirme qu’on peut le devenir sans problème et est un gage que Lyon est tout, sauf une ville inhospitalière[2]

La caricature associe Fourvière, l’hôtel de ville et l’Assemblée, la synthèse herriotiste ©Archives municipales de Lyon

 

 

Pour ses 80 ans en 1952, l’inamovible maire de Lyon a encore bon pied et bon oeil. Lors de ses vœux aux Lyonnais pour 1953, il répond à la Presse : « Pour Lyon, je désire avant tout et de tout cœur, la fin du chômage qui est actuellement mon grand souci. Pour moi ?… Rien du tout. Ou plutôt : une pipe pour ne décevoir personne[3] ». Ces vœux qui font référence à des difficultés économiques s’inscrivent dans un contexte qui est celui de la fin de la reconstruction, où la croissance, celle des vingt Glorieuses n’est pas encore au rendez-vous.
Herriot continue à faire les navettes hebdomadaires entre Lyon et Paris et ne rentre dans sa bonne ville que le vendredi soir.

 

 

 

 

Cependant, à partir de 1953, sa santé se dégrade, sa surdité le rend moins réactif dans les débats et sa jambe malade fait qu’il a du mal à se tenir debout et à marcher. Ses forces déclinant, il se retire de la présidence de l’Assemblée en janvier 1951 ne pouvant plus monter à la tribune et refuse même de se présenter à la présidence de la République à la fin du mandat de Vincent Auriol.
Devenu président d’honneur de l’Assemblée, il garde cependant sa capacité à faire entendre sa voix, ce qui est le cas lors des débats à l’Assemblée pour ou contre une Communauté européenne de défense (CED). ll met alors en garde ses amis du Parti radical contre les dangers du traité. Le 30 août 1954, en fauteuil roulant à l’Assemblée, pendant une heure le vieux lion attaque ce traité au nom de la souveraineté et de l’indépendance de la France, traité qui est rejeté par 50 voix de majorité.

Herriot âgé ©Blanc et Demilly

 

Cette montée en première ligne pour obtenir la victoire, il la rejoue au Congrès du Parti radical d’octobre 1954 à Marseille où il adoube Pierre Mendès-France en déclarant : « J’incline volontiers devant lui ma personne et mon passé ». Cependant, cette élection est contestée par les anti-mendésistes et pour éviter la scission, il redevient président du Parti en 1955 et se mobilise contre la dissolution de l’Assemblée par Edgar Faure qu’il exclut du Parti. Bien que réélu député en janvier 1956, il est désormais plus lyonnais que parisien.
Le 30 octobre 1955, la ville de Lyon célèbre le jubilé municipal d’Édouard Herriot, élu maire de Lyon le 3 novembre 1905. Dans les salons d’apparat de l’hôtel de ville, les personnalités sont nombreuses à rendre hommage à celui qui incarne Lyon depuis 50 ans, qui a associé Lyon à sa gloire et qui a fait de cette ville une cité moderne, même si, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, la ville s’est endormie. Qui oserait lever la voix pour souligner cet immobilisme ? En revanche, les hommages pleuvent. Parmi ceux-ci, il y a celui de Pierre Mendès-France qui dresse un magnifique portrait d’Herriot, homme politique :

 

Si je devais résumer les divers aspects de votre vie publique, c’est-à-dire non seulement votre activité à la tête de l’administration lyonnaise, mais aussi votre carrière de parlementaire, de chef de parti, de ministre, de chef de gouvernement, je crois que j’aurais recours à la même formule : « agent du devoir humain », n’est-ce pas une définition aussi de l’homme politique non sans doute tel qu’il est toujours ; mais tel qu’il devrait être et que l’idéal en tout cas, lui en est proposé par une destinée seulement et toujours consacrée, comme la vôtre, à la Nation… Monsieur le Président, dans notre vie publique française, exagérément divisée, tourmentée, riche en antagonismes de personnes et d’idées, il faut quelques repères incontestés… Il faut que des personnalités s’élèvent au-dessus des dissensions, forçant un respect général. Vous avez reçu cette investiture mystérieuse qui ne se formule pas et pourtant ne se conteste pas. Vous représentez dans la République, ce qu’il y a de meilleur en elle et en nous[4].

Un autre hommage lui est rendu par un vieil adversaire politique départemental, Laurent Bonnevay[5]. Ce dernier appartient à la Droite républicaine, modérée mais pas modérément républicaine, et qui a voté contre les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en juillet 1940.
Les deux hommes se sont rapprochés à partir de 1951 quand Herriot, décidant de ne pas se représenter au Conseil général, fait l’objet d’un discours élogieux de la part de Bonnevay, président du Conseil général du Rhône. Pour son jubilé, Bonnevay retrace le parcours historique d’Édouard Herriot, en soulignant sa bonté, sa sollicitude pour les misérables, son esprit de justice et d’équité dans l’administration de la ville. Il évoque sa suspension en tant que maire de Lyon par Laval et évoque son éloignement de Lyon. En gommant l’épisode de juillet 1940, il fait d’Herriot une victime de Vichy et de l’occupant[6], occultant ainsi une abstention fortement critiquée en tant que président de la Chambre.

L’année 1956 est douloureuse. Outre un corps qui le lâche, il assiste avec désespoir, lors du congrès de Lyon du Parti radical en octobre 1956, à la scission de son parti entre la ligne Mendès et la ligne Morice. Sa démission mise dans la balance, vieux moyen de pression pour faire revenir les acteurs sur leur décision, ne peut aboutir du fait de sa mort le 26 mars 1957 à 16 h 15. En effet, en novembre 1956, ayant pris froid en revenant de sa maison de Brotel, il s’alite, puis il est transporté à l’hôpital Sainte-Eugénie. De retour à l’hôtel de ville en février 1957, la rechute est fatale[7]. Cette mort est à la fois celle d’un homme, mais aussi d’une époque, d’une République parlementaire et d’un parti qui ne retrouvera jamais sa splendeur passée.

La chambre d’hôpital où repose Édouard Herriot ©Paris Match, n°417, 6 avril 1957

 

Herriot a droit à des funérailles nationales le 30 mars 1957 avec la présence du Président de la République René Coty, du président du Conseil, Guy Mollet, du président de la Chambre, André Le Troquer et de nombreux parlementaires : Mendès-France, Daladier, Bidault, Laniel, Ramadier…
Les enfants des écoles sont en congé comme les ouvriers, la foule est nombreuse rue de la République jusqu’à la place Bellecour où un hommage lui est rendu par Guy Mollet. Ensuite, les intimes avec Mme Herriot accompagnent la dépouille du maire défunt jusqu’au cimetière de Loyasse où la foule présente médite sur cette formule prononcée un jour par Herriot : « Le vrai tombeau des morts est le cœur des vivants ».

 

C’est pour cette raison que la Ville de Lyon prépare pour l’automne 2017 une manifestation historique autour de ce personnage qui a marqué la vie nationale et municipale.

 

Par Bruno BENOIT, Professeur des Universités à l’IEP de Lyon et Président de l’Association nationale des professeurs d’Histoire et Géographie

[1] Lire Bruno Benoit, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), L’Harmattan, 1999.

[2] Pour s’en convaincre, lire Le Roman de Lyon (2013) et Lyon, histoire illustrée d’une ville (2015) par Bruno BENOIT aux Éditions lyonnaises d’art et d’histoire.

[3] La Presse, 29 décembre 1952. Il est bon d’observer dans la caricature qu’il n’a pas sa pipe mais une canne et une paire de lunettes.

[4] Jubilé municipal de M. le Président Édouard Herriot, 1905-1955, Imprimerie nouvelle, pp. 36-39.

[5] Bruno Benoit et Gilles Vergnon (dir.), Laurent Bonnevay, le centrisme, les départements et la politique, Editions Stéphane Bachès, 2009, 248 p.

[6] Archives départementales du Rhône et de la métropole, 10J53.

[7] Je laisse de côté la polémique à propos des derniers moments d’Édouard Herriot qui tourne autour de savoir s’il a accepté consciemment une cérémonie religieuse ou si le cardinal Gerlier, présent le 25 mars au matin avec Mme Herriot très croyante, lui a fait accepter cette cérémonie religieuse et l’extrême onction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.