TRANSPORTS/Usine Berliet

Hangar de l’Usine Berliet – 6-ph-2470 ©Archives municipales de Lyon

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans les fonds des Archives municipales de Lyon.

Aujourd’hui, U comme Usine Berliet…

Marius Berliet est né en 1866, à Lyon, dans le quartier de la Croix-Rousse. Certificat d’études en poche, il devient apprenti tisseur et rejoint l’atelier paternel spécialisé dans le tissu pour coiffes de chapeau. En parallèle, il suit des cours du soir à la Société d’Enseignement Professionnel du Rhône. A 24 ans il invente une machine à enrouler les rubans puis son intérêt pour la mécanique le conduit, en 1894, à construire son premier moteur. L’année suivante il construit sa première voiture.

Il achète alors un premier local situé dans le 6ème arrondissement puis loue rapidement un atelier plus vaste. En 1902, il acquiert les usines Audibert et Lavirotte, embryon de l’usine Berliet de Monplaisir.

En 1905, la vente de la licence de 3 voitures 22, 40 et 60 ch. à ALCO (American Locomotive Company) lui donne les moyens de prendre son essor industriel. La locomotive chasse-buffle fabriquée par l’ALCO devient l’emblème de la marque Berliet. En 1913, 3 500 voitures sortent de l’usine de Monplaisir.

Pendant la Première Guerre mondiale, l’usine fabrique des obus puis des camions et les fameux chars Renault. L’entreprise s’étend alors à Vénissieux et Saint-Priest.

Malgré son dépôt de bilan en 1921, l’entreprise, devenue Société Anonyme en 1917, se remet en selle et fait le choix du moteur diesel. Elle oriente ses activités vers la fabrication exclusive de poids lourds.

La Deuxième Guerre mondiale est une période difficile pour la société et à la Libération celle-ci est placée sous séquestre et une gestion ouvrière des usines est mise en place.   L’entreprise n’est rendue à ses propriétaires qu’en 1949, année de la mort de Marius Berliet. C’est Paul Berliet qui va alors prendre les rênes de l’entreprise.

La production s’intensifie et plusieurs usines Berliet ouvrent leurs portes en région lyonnaise. En 1975, ce sont environ 24 000 personnes qui travaillent au sein de l’entreprise.

L’Etat décide alors du rattachement de Berliet à la Régie Renault. En 1978, Berliet devient Renault V.I. et deux ans plus tard la marque disparaît au profit de la marque Renault.

Voir également : 
http://www.fondationberliet.org/la-fondation/historique-berliet/

http://www.archives-lyon.fr/archives/sections/fr/histoire_de_lyon/les_arts__technique/affiches/berliet/

Par Cécile LONJON-GUILOINEAU, archiviste aux Archives municipales de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *