BATIMENTS/Théâtre des Célestins

Le théâtre des Célestins vers 1910 - 4fi1202 ©Archives municipales de Lyon

Le théâtre des Célestins vers 1910 – 4fi1202
©Archives municipales de Lyon

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans les fonds des Archives municipales de Lyon.

Aujourd’hui, T comme Théâtre des Célestins…

L’origine de la dénomination provient de la fondation au 13e siècle de l’ordre des Célestins par un religieux napolitain, Pierre de Mouron, qui obtient du pape l’ouverture d’un monastère à Lyon.

Le couvent est fermé le 30 septembre 1778 par décision papale. L’église désaffectée est rachetée par un particulier et devient, sous la Révolution française, une salle de spectacle qui porte le nom de théâtre des Variétés. Il perd rapidement cette dénomination pour celle que nous connaissons encore aujourd’hui. Pour tenter de répondre à des difficultés financières, le théâtre est vendu à la Ville de Lyon le 15 mars 1838. Mais lors de la nuit du 1er au 2 avril 1871, un incendie éclate … et détruit l’ouvrage.

La Ville ouvre un concours pour sa reconstruction et l’architecte Gaspard André le remporte. C’est à partir de ses plans et sous sa direction que le théâtre des Célestins sera reconstruit et agrandi de 1874 à 1877, permettant ainsi d’isoler le bâtiment sur trois faces : le nord, l’est et le sud. La façade est ornée de colonnes et d’un attique sculpté de guirlandes, de lions et d’anges. Une corniche en fronton, une toiture en demi coupole couronnent l’édifice. La salle de spectacles, richement décorée en or et rouge, offre un plafond dédié à Aristophane, père de la Comédie et à Athéna.
La scène est construite sur l’emplacement de l’ancien chœur de l’église des Célestins. Gaspard André réalise ainsi, avec les Célestins, l’exemple type du théâtre à l’Italienne.

Les tragédies de cet édifice vont se répéter …
Lors de la nuit du 25 au 26 mai 1880, un nouvel incendie ravage entièrement la toiture et la scène. Gaspard André réédifie son théâtre, à partir des mêmes plans, sans rien ajouter à la décoration, à l’exception de cinq statues sur la façade, notamment celles de la Tragédie et de la Comédie.
Les travaux qui se sont achevés en 2005 ont permis de remettre à l’honneur le décor conçu par Gaspard André.

> Visitez également l’exposition virtuelle « Spectaculaire » consacrée aux décors d’Opéras et d’Opérettes à Lyon au 19e

Par Tristan VUILLET, Archiviste aux Archives municipales de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.