MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e (4/5)

“Plan du Rez de Chaussée du Théâtre de Lyon commencé en 1754 et fini en 1756. Sur les Desseins et sous la conduite de J. G. Soufflot Architected du Roy.” – Coste 565 ©Bibliothèque municipale de Lyon

Si, comme le racontent Michon et Saïd Effendi, l’amour physique se donne en spectacle dans la salle et les rues avoisinantes, sur la scène de l’opéra il lui subordonne le spectacle de l’idéal (1).

Triomphe du spectacle, miroir social

Le contenu des œuvres appréhende d’une manière spéciale les relations entre l’homme et la nature qui devient personnage omniprésent. La quête du merveilleux substitue un monde féérique au monde existant, transforme le réel jusqu’à le faire oublier.
Ce masque est tout à fait dans la mentalité des entrées royales et du génie théâtral de Souffot (2). C’est aussi dans la manière de Lefranc de Pompignan qui suit en cela le sentiment de La Bruyère : l’opéra doit être magique.

La représentation a pour but ultime d’être tout entière spectacle. Elle constitue un divertissement, au sens étymologique du terme, et invite à quitter la vie pour le rêve. Les situations considérées, les intrigues, découlent d’un ordre social censé être immuable ou chacun par sa naissance a sa place fixée, selon l’image de la société versaillaise. Cette étiquette ne peut être tansgressée qu’en imagination. Les bergères peuvent alors aimer des princes, les bergers des princesses. Mais, attention de ne pas déchoir! La mésalliance guette. Médée en subi l’exemple terrifiant.

Habit de Rosine dans le Barbier de Séville, costume inventé pour le théâtre de la Ville de Lyon en 1775… – R 24992 ©Bibliothèque municipale de Lyon

 

Cependant, ces œuvres reflètent aussi les débats d’idées contemporains. Pellegrin et Salomon ont le désir d’intégrer ces nouveautés. La pensée maçonnique en est une dont l’influence se manifeste spécialement dans le Triomphe de l’Harmonie. Naît alors un genre nouveau, la «tragédie lyrique chrétienne.»

Le moteur reste l’amour que l’on souhaite libre jusqu’au libertinage. Triomphe de l’amour pourrait presque servir de titre à l’ensemble des œuvres représentées. Ce besoin de broder à l’infini, presque toujours sur un thème analogue, finalement celui de la vie, présente un côté pathétique qui en dit long sur la condition humaine du temps…

 

 

Au-delà de la quête du beau, il y a la volonté de voir triompher une harmonie nouvelle qui reste de d’ordre utopique. Elle demeure subordonnée à l’idéal du courtisan, au désir de plaire à tout prix, comme l’exprime justement Moncrif. Les hommes seraient-ils condamnés, comme les planètes qui tournent autour du soleil, à graviter éternellement autour de l’astre monarchique ?

 

 

Habit romain – R 24992. ©Bibliothèque municipale de Lyon

L’imbrication totale, à tous niveaux, du religieux et du profane: sujet, psychologie dramatique, composition, lieux d’exécution de la musique, programmes, éducation musicale n’est pas sans conséquence. Le concours séduisant de ces forces que l’attraction de la musique assemble, est un faux-semblant d’harmonie.

Cette évolution s’inspire aussi d’une volonté de concevoir un «spectacle total» idéal. Mais, au fur et à mesure que progresse le siècle, elle s’estompe au profit du seul désir de servir de passe-temps scénique au spectateur. Ce besoin d’évasion devient trait de société. Signe d’un malaise profond, il connaît son apogée dans les années 1780, à l’orée de la Révolution.

 

 

Exprimant ses regrets, Grimod de La Reynière en 1786 en brosse le tableau lyonnais (3).

« Le spectacle est ici le principal et presque le seul amusement; c’est le rendez-vous diurne de tous les gens occupés; c’est là qu’ils viennent se délasser l’esprit et lier pour le soir quelque souper aimable.

Ce spectacle présente un bon ensemble; mais vous savez que l’opéra comique a chassé Melpomène [muse de la tragédie] et Thalie [muse de la Comédie] de presque tous les théâtres de la province.

Le public qui fait de la comédie plutôt une récréation qu’une étude [loin de la catharsis du théâtre], préfère une jolie ariette bien chantée à une belle tirade quelque fois mal rendue…

Afin de contenter tous les goûts il a donc fallu faire ici marcher de front les trois genres: la déclamation, le chant et la chorégraphie. »

Récréation et recréation ne sont pas synonymes. Il y a loin des ambitions des auteurs aux attentes des spectateurs pour qui le spectacle sert uniquement à chasser l’ennui du vide provincial. Ils s’accordent cependant lorsque, au-delà du spectacle de la danse et de l’amour, des résonances de la musique et des trémolos de la voix, de la recherche du merveilleux et de l’harmonie, triomphe le baroque, en une quête effrénée du bonheur.

 

Par Hyéja GARDES-SONG

 

Notes :
1 Voir MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/4)MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/4)MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (3/4)
2 Gilbert Gardes, Soufflot, le jeu de l’espace et du hasard, essai, in L’œuvre de Soufflot à Lyon, 1982, 123-168.
3. GRIMOD DE LA REYNIERE, Tableau de Lyon en 1786, Lyon, 1786.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.