LITTERATURE/Pier Pasolini à la Bibliothèque de Lyon

La mort de Pier Paolo Pasolini est d’une atrocité sans précédent dans l’histoire littéraire de tous les temps.
Pourquoi parler d’histoire littéraire ?

Parce que des morts tout aussi atroces ont lieu tous les jours mais en dehors de cette histoire dans un monde de brutale nécessité dont les artistes, d’habitude, sont exclus du fait de l’activité même à laquelle ils se consacrent.

Alberto Moravia.

Monument à la mémoire de Pier Paolo Pasolini à Ostia, sur le lieu où il a été assassiné. ©Julien Adelaere

Une fin tragique

Il y a 40 ans, le 2 Novembre 1975, à Ostia, station balnéaire pas très loin de Rome, on découvre le corps atrocement supplicié de Pier Paolo Pasolini, âgé de 53 ans. Ainsi s’achève tragiquement la vie de l’un des plus grands poètes, écrivains, et réalisateurs, de l’Italie de l’après-guerre.
Dans la perspective de la commémoration de cet assassinat, le fonds Michel Chomarat de la Bibliothèque de Lyon a pu acquérir de nombreux documents : journaux d’époque, revues littéraires, livres en éditions originales, photos d’agences de presse, affiches et dossiers de films, etc…, pour constituer un ensemble suffisamment représentatif afin de pouvoir l’exposer.
Parallèlement, Julien Adelaere, un jeune photographe lyonnais déjà largement présent dans les collections du fonds Michel Chomarat, a réalisé un reportage en 2014, sur les lieux qui ont marqué la vie et la mort de Pasolini : Bologne où il est né, Ostia où il a été assassiné, et Casarsa della Delizia où il est inhumé aux côtés de sa mère Susanna Colussi, à quelques mètres de son frère Guido, et de son père.

Maison natale de Pier Paolo Pasolini à Bologne ©Julien Adelaere

Belle et douce Bologne

«Belle et douce Bologne, j’y ai passé sept ans, peut-être les plus beaux », ainsi s’exprime Pasolini pour parler de sa ville natale. Mais la douceur bolognaise a un goût amer lorsque l’on sait que son père, Carlo Alberto Pasolini, officier d’infanterie et fasciste mussolinien convaincu, participe le 30 Octobre 1926 à Bologne, au lynchage et à la pendaison d’un jeune anarchiste de 15 ans, Anteo Zamboni, après que ce dernier ait attenté à la vie de Benito Mussolini. Cette douceur devient totalement crépusculaire, peut-être prémonitoire de sa propre mort, avec son dernier film « Salo ou les 120 journées de Sodome » dont plusieurs scènes sont tournées en 1975 à la Villa Aldini qui surplombe la ville.
Mais Bologne reste d’abord pour Pasolini la ville où en 1939 – à seulement 17 ans – il s’inscrit à la faculté des lettres de l’Université de Bologne, se passionnant pour la philologie romane et l’esthétique des arts figuratifs. Il fréquente le ciné-club de l’Université où il découvre les films de René Clair, et devient capitaine de l’équipe de football de la faculté des lettres. En 1945, il obtient son diplôme avec un mémoire sur Giovanni Pascoli, « Anthologie de la poésie de Pascoli, introduction et commentaires », après avoir envisagé une thèse sur l’art italien contemporain dont il ne rédige que les premiers chapitres.

Tombes de Pier Paolo Pasolini, et de sa mère Susanna au cimetière de Casarsa della Delizia. ©Julien Adelaere

Casarsa della Delizia, terre frioulane

Pendant la deuxième Guerre Mondiale, Casarsa, dans le Frioul, est pour Pasolini et sa famille, le village où l’on vient se ressourcer, notamment dans la maison de sa mère Susanna, devenue aujourd’hui un centre d’études sur sa vie et son œuvre, et un musée. C’est le début de sa carrière littéraire lorsqu’en Juillet 1942, Pasolini publie, à compte d’auteur, un recueil de vers en frioulan, intitulé « Poésie à Casarsa », qui rencontre un réel succès auprès des intellectuels italiens. A Livourne, le 8 Septembre 1943, il est appelé sous les drapeaux, refuse de rendre aux allemands les armes qu’il possède, et part se réfugier à Casarsa déguisé en paysan…

C’est là, qu’il forme avec quelques jeunes passionnés de poésie, un groupe qui revendique l’usage du frioulan de Casarsa face à l’hégémonie de celui d’Udine. Le 7 Février 1945, son frère Guido, âgé seulement de 19 ans, résistant anti fasciste, opposé aux visées de Tito sur le Frioul, est assassiné par des communistes. Cette nouvelle n’arrive à Casarsa que quelques semaines après plongeant Pier Paolo et sa mère dans le plus grand désespoir. Aujourd’hui Guido repose, dans le cimetière du village, avec ses camarades de la brigade Osoppo, pas très loin de son père, de sa mère, et de son frère Pier Paolo. Le 22 Octobre 1949, suite à une plainte pour corruption de mineurs, il est exclu du Parti Communiste Italien « pour indignité morale et politique », quitte Casarsa le 28 Janvier 1950, avec sa mère, pour s’installer définitivement à Rome, où il habite jusqu’à sa mort en 1975.

Monument à la mémoire de Pier Paolo Pasolini à Ostia Détail : liste des œuvres littéraires. ©Julien Adelaere


Ostia, clap de fin

Toute sa vie, parfaitement lucide de ce qui pouvait l’attendre, Pasolini n’a cessé d’envisager sa propre mort, notamment dans sa poésie : « Je serai là au bord de la mer, seul, ou presque, sur le vieux littoral, je commencerai peu à peu à me décomposer, poète et citoyen oublié… ». Tué à coups de bâton puis écrasé par sa propre voiture à Ostia, Pasolini rend l’âme dans la nuit du 1er au 2 Novembre 1975, dans un terrain vague, à quelques mètres de la plage, lieu de rencontres nocturnes interlopes.

Depuis 40 ans, si l’on se perd en conjoncture sur les commanditaires possibles ou sur le nombre de ses assassins, l’acte reste d’une telle violence qu’il démontre parfaitement qu’il fallait en finir avec ce poète amoureux de la vie, certes provocateur, mais tellement libre jusqu’à en mourir. L’écrivain Alberto Moravia, dont il était très proche, parle ainsi de la mort de Pasolini : « Sa fin a été à la fois similaire à son œuvre et très différente de lui. Similaire parce qu’il avait déjà décrit, dans ses œuvres, les manières crasseuses et atroces, et différente parce qu’il n’était pas l’un de ses personnages mais une figure centrale de notre culture, un poète qui avait marqué une époque, un réalisateur brillant, un essayiste inépuisable… ».

Par Michel CHOMARAT, ancien chargé de mission en charge de la mémoire à la Ville de Lyon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *