ARCHIVES/Registres paroissiaux…

Registres d'état-civil ©Laurent Vella

Registres d’état-civil ©Laurent Vella

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans les fonds des Archives municipales de Lyon.

Aujourd’hui, R comme Registres paroissiaux…

Jusqu’en 1792, l’enregistrement des actes est tenu par le curé de la paroisse, d’où la désignation de « registres paroissiaux ».
L’enregistrement des individus a d’abord été une initiative du clergé, à partir du 15e siècle dans certains diocèses. Les baptêmes sont notés afin de contrôler les mœurs : s’assurer que les postulants à des bénéfices ecclésiastiques sont bien majeurs et vérifier que les fidèles sont bien monogames. Les ordonnances royales fondatrices de la laïcisation de cette pratique sont des textes de police et de justice.

L’ordonnance de Villers-Cotterêts d’août 1539, qui prescrit également l’usage du français dans les actes officiels, fait obligation à tous les curés de paroisse de consigner les baptêmes dans un registre.

L’ordonnance de Blois en mai 1579 ajoute l’enregistrement des mariages et des sépultures. Celle de Saint-Germain en Laye, promulguée en avril 1667, exige la tenue des registres paroissiaux en double exemplaire : l’un est conservé dans la paroisse (la minute) et l’autre (la grosse) adressé au greffe du tribunal local. C’est l’exemplaire qui sera versé aux Archives départementales lors de la Révolution. Les parrains et marraines doivent désormais signer les actes de baptême, les conjoints et les témoins, les actes de mariage, les parents du défunt ou les amis présents, les actes de sépulture.

Il faut attendre le 18e siècle pour que soit promulgué le premier texte officiel entièrement consacré aux registres paroissiaux : la déclaration royale du 9 avril 1736. Elle rappelle la tenue des registres en double, le dépôt obligatoire au greffe et indique très précisément les mentions obligatoires. Cette volonté d’uniformisation se traduit dans les nombreuses formules données en annexe de la publication.

Ce texte est donc à l’origine de l’état civil français. L’arrêt du Conseil du 12 juillet 1746, prescrit la tenue de registres séparés pour les baptêmes et mariages d’une part et les sépultures de l’autre.


 Par Brigitte TACAIL, Documentaliste aux Archives municipales de Lyon


Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *