DÉCOUVERTE/Jetons et médailles de l’Académie

JETONS ET MÉDAILLES  DE L’ACADÉMIE DES SCIENCES, BELLES-LETTRES ET ARTS DE LYON

Peu après la fondation en 1700 de l’Académie des Sciences et Belles-Lettres et de Lyon, l’un des numismates qu’elle comptait dans ses rangs, Antoine Laisné[1], proposa  de reprendre l’Autel des Gaules figurant sur les pièces de bronzes frappées à Lyon sous le règne des empereurs Auguste, Tibère et Claude pour illustrer sa devise. Après de nombreuses discussions ce choix fut adopté. Dès lors, la représentation de ce monument emblématique du Lyon romain marque les documents de l’Académie et s’affiche sur ses jetons et la plupart de ses médailles.
Les jetons [2]

Au cours du premier tiers du XVIIIe siècle, le Consulat avait institué la distribution de jetons d’argent « à diverses compagnies locales pour les remercier de services rendus ou les encourager dans leurs travaux ou leurs exercices »[3].
À partir de 1736, l’Académie des Sciences et Belles-Lettres reçut, tous les deux ans, 300 jetons associant sa devise aux armes de Lyon. Au fil des années, ce chiffre fut porté à 520 puis à 1200 après la fusion, en 1758, de l’Académie des Sciences et Belles Lettres et de la Société royale qui avait succédé à l’Académie des Beaux-Arts. La gravure du coin du premier jeton fut confiée à un artiste lyonnais, B. Gentot. Sa restitution de l’Autel des Gaules fut fidèlement reprise en 1749 par J. Duvivier, à l’exception de la numérotation latine adoptée pour la date de création. Les jetons étaient répartis entre les académiciens en fonction de leur participation aux travaux de la compagnie.

Le premier jeton offert à l’Académie par la Ville en 1736 (Argent – 31mm) ©Jean-Pol Donné

La Révolution mit fin aux distributions et d’ailleurs l’Académie fut supprimée en 1793.

Jeton de 1807 par Chavanne (Argent – 30mm) ©Jean-Pol Donné

 

 

 

Peu après sa renaissance en 1800 sous le nom d’Athénée, l’Académie se préoccupa de faire frapper à ses frais un nouveau jeton. Elle décida de maintenir le type des jetons anciens avec l’Autel des Gaules que 1700 pour date de fondation. D’ailleurs, l’Athénée reprit bien vite (1806) le nom d’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon. Autant pour des raisons d’économie que par « patriotisme local », le choix d’un graveur lyonnais s’imposa. L’Académie fit donc appel à J.-M. Chavanne pour graver les coins  en reprenant le type de l’Ancien-Régime.

La médialle dessinée par Artaud en 1830 (Bronze – 49 mm) ©Jean-Pol Donné

 

 

 

La représentation de l’Autel des Gaules fut vite critiquée et F. Artaud proposa d’en revoir la restitution en suivant ses dessins élaborés après l’étude de nombreuses monnaies romaines[4]. J.-J. Barre fut chargé de la gravure suivant les indications d’Artaud : les colonnes portant les victoires furent plus nettement dégagées de l’autel portant des trépieds. Ce jeton fut utilisé jusqu’à l’arrêt des distributions à la fin du XIXe siècle.

 

Les médailles

À côté des jetons à usage interne, l’Académie est à l’origine de médailles matérialisant l’attribution de prix ou commémorant des dates marquantes.

À l’origine, les médailles permettaient de récompenser de façon élégante les lauréats des prix institués au fil du temps. En or massif, leur valeur intrinsèque correspondait exactement à la somme dotant chacun de ces prix.
Au cours du XIXe siècle, cette fonction disparut et les médailles en argent ou en bronze accompagnèrent les récompenses pécuniaires. La plupart des concours donnèrent lieu à l’attribution d’une médaille reproduisant le type des jetons. Ce fut le cas pour celle utilisée de 1830 au début du XXIe siècle. Cette médaille est particulièrement intéressante puisque la dépense de la gravure reprenant le jeton de 1828 fut offerte à l’Académie par Artaud qui tenait reprendre l’inscription ROM ET AUG des monnaies romaines et, surtout expliciter la fonction du monument représenté avec la légende ARA LVGDVNENSIS précisant qu’il s’agissait d’un autel.

La médialle actuelle par N. Salagnac (Bronze argenté – 65 mm) ©Jean-Pol Donné

 

 

 

Depuis 2011, l’Académie dispose d’une nouvelle médaille gravée par N. Salagnac. La commission chargée de la concevoir se rangea à la recommandation d’Artaud qui souhaitait reprendre le type du revers à l’Autel des Gaules en recommandant au graveur de reproduire fidèlement un sesterce d’Auguste frappé à Lyon au début de notre ère récemment entré au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

 

 

Refrappe moderne de la médaille du Prix Christin (Bronze – 47 mm) ©Jean-Pol Donné

 

 

 

Quelques Prix donnèrent lieu à la frappe de médailles particulières. Ce fut le cas pour les deux premiers créés dans la seconde moitié du XVIIIe siècle par J.-P. Christin, pour récompenser des travaux concernant les Mathématiques, la Physique ou les Arts et P. Adamoli pour des sujets traitant de l’histoire naturelle et de l’agriculture.

 

 

Plaquette du prix Chazière (Argent – 63×43 mm) ©Jean-Pol Donné

 

 

 

La troisième médaille particulière de prix résulte du legs de J. Chazière (1885) qui souhait distinguer une œuvre scientifique, littéraire ou artistique et, éventuellement, récompenser un acte d’héroïsme ou de vertu. L’Académie décida de faire graver une plaquette pour rappeler le souvenir de Chazière. Enfin, l’institution d’une fondation de bienfaisance dotée en 1881 par Louis Lombard de Buffières donna lieu à la création d’une médaille.

 

 

 

 

L’Académie de Lyon n’a pas manqué de célébrer différents anniversaires par des médailles commémoratives. Ainsi, ses 200, 250 et 300 ans furent inscrits dans le bronze. Au début de l’année 1900, l’Académie fut unanime pour souhaiter l’émission d’une médaille à l’occasion de son deuxième centenaire. Afin de ne pas trop obérer ses finances elle sollicita et, obtint, de la Ville de Lyon, l’autorisation d’utiliser le coin de la médaille commandée à A. Patey pour l’Exposition de 1894. Au revers une inscription commémorative occupe tout le champ. C’est donc, semble-t-il, uniquement pour des raisons d’économies que le traditionnel Autel des Gaules est absent.
Les 250 ans de l’Académie fournirent à L. Rousselon l’occasion de modeler une médaille. L’avers reprend l’une des colonnes qui flanquaient l’Autel des Gaules. Le revers nous convie à une des premières séances de l’Académie.

Médaille du tricentenaire composée par P.Penin (Bronze – 70 mm) ©Jean-Pol Donné

 

 

 

Plus près de nous, le troisième centenaire fut marqué par la création d’une nouvelle médaille due à Paul Penin qui a choisi de représenter le Palais Saint-Jean, où l’Académie s’est installée en 1975, rejetant au revers l’Autel des Gaules stylisé.

 

 

 

 

 

Par Jean-Pol DONNÉ, de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon   

[1] Antoine Laisné (1668-1746), directeur de l’Atelier monétaire royal de Lyon, avait réuni une importante collection de monnaies (7284 pièces) qui fut achetée par la Ville de Lyon en 1733 afin de constituer le premier  médaillier municipal ouvert au public en France.

[2] Henry MORIN-PONS, Numismatique de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, Lyon, 1900.

[3] Jean TRICOU, Jetons offerts par la Ville de Lyon à diverses compagnies, XVII-XVIIIe siècle, Revue Numismatique, 1954, p. 151.

[4] François ARTAUD, Discours sur les médailles d’Auguste et de Tibère au revers de l’autel de Lyon, Lyon, 1818.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.