PERSONNAGE/Jules Exbrayat…

Élévation pour immeuble par Jules Exbrayat – 42fi01 ©Archives municipales de Lyon

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans les fonds des Archives municipales de Lyon.

Aujourd’hui, J comme Jules Exbrayat…

D’abord élève à Lyon des architectes Gay et Pollet, Jean-Baptiste-Jules Exbrayat (1808-1857) suit l’enseignement de l’Ecole des Beaux-Arts au cours des années 1823-1825.
Il se rend ensuite à Paris chez l’architecte Garnaud de 1830 à 1833 avant de s’établir à son compte vers 1836.
On le retrouve à l’Hospice de l’Antiquaille en 1844, comme successeur de l’architecte François Hurasco. Entre autres aménagements, il y introduit le système pavillonnaire.

A Lyon, en 1847, il présente avec le Dr Ariste Potton, médecin à l’Antiquaille, les plans et projet d’un hospice d’aliénés pour le département du Rhône, dans l’esprit de la loi du 30 juin 1838 qui prévoit d’instituer dans chaque département un établissement public destiné à recevoir et soigner les aliénés.
Mais ce sera A.-G. Louvier qui construira à Bron l’hôpital psychiatrique du Vinatier entre 1869 et 1878, en remplacement de l’équipement trop restreint qu’offrait l’Antiquaille.

Outre l’architecture hospitalière, Jules Exbrayat s’intéresse également aux salles de spectacles.
En 1850, il effectue des travaux de rénovation intérieure au théâtre des Célestins, transforme le Colysée en salle de style mauresque, laquelle prend alors le nom évocateur d’Alcazar et aménage peu après le Casino des Arts.
A la même époque, il construit à Saint-Etienne un Casino lyrique qui sera acheté par la famille Guichard-Perrachon. Cette salle au décor intérieur mauresque est alors transformée en épicerie appelée à devenir la première épicerie de la société Casino.

En 1853, la Ville de Saint-Etienne le charge de la construction du théâtre Massenet qui devait être provisoire mais qui fonctionna jusqu’à sa disparition accidentelle dans un incendie en 1928.

Sa vie s’achève précocement en 1857. Il repose au cimetière de Loyasse sous le monument élevé à sa mémoire par l’architecte C. Echernier et le sculpteur E.-F. Roubaud. Son éloge, resté manuscrit, fut prononcé par Charnal à la Société académique d’architecture de Lyon.


Lors d’une vente aux enchères à l’Hôtel Drouot le 24 mars 2006, la Ville de Lyon a acquis pour les Archives municipales, un petit ensemble de dessins à l’encre de chine et à l’aquarelle de cet architecte lyonnais, représentant quatre élévations d’immeubles et deux projets de boiseries.

Une provenance connue

Si l’ancien collectionneur a pris soin de porter le nom d’Exbrayat au bas de quatre dessins, c’est sans doute en se référant à l’unique pièce de cet ensemble, annotée de la main de l’architecte.
Celui-ci a signé et daté de 1842 une seule de ces élévations. Nous ignorons à ce jour quelle était la destination de ces différents projets et leur localisation. Tout comme nous ignorons celles des neuf autres pièces de cet architecte acquises par les Archives municipales en 1995 dont quatre d’entre elles sont des projets d’édifices religieux.
La provenance de ces deux ensembles de dessins est sans doute identique, comme l’invite à penser la similitude de l’inscription du nom d’Exbrayat apposée par leur ancien propriétaire au bas des dessins.

Quelques points d’interrogation

L’attribution ne laissant guère de doutes, la question de la destination des projets demeure entière et livrée à la sagacité des chercheurs.
Car si notre architecte est né et mort à Lyon, il n’a pas œuvré que pour cette ville.
Sa présence dans l’Ain est attestée dans les dossiers des Archives départementales, pour la construction du clocher de l’église de Béligneux.
A Saint-Etienne, il fut également actif ; il y conçut d’assez nombreux édifices privés ainsi que le projet de réaménagement de couverture du Furan.


Par Noëlle CHIRON-DOREY, archiviste aux Archives municipales de Lyon

Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *